vendredi 19 octobre 2018
Mon compte
Vous n'êtes pas identifié
.
Paiement en ligne sécurisé par e-transaction du Crédit Agricole
Panier littéraire
Le panier est vide

À compter du 29 août 2018 les connexions sont cryptées pour la sécurité de vos paiements.

Ne cherchez plus l'or du temps (Anne Brouan)

Anne Brouan

Ne cherchez plus l'or du temps

EditeurLa rumeur libre

CollectionPlupart du temps

Date de parution03/2010

ISBN/code barre978-2-35577-016-6

Format (mm)121 x 182

ReliureDos carré collé, cahiers cousus

Nombre de pages64

Poids75 g

Prix 10,00 €
Feuilleter

(extrait)
 Les hommes se sont dressés contre eux-mêmes, contre leur propre humanité tranchée à coups de sabre et de faucilles d’or. Ils cherchent l’énigmatique fin de la vision qui les fit naître. Alors que seul gravir les appelle, au-delà de la nécessité furieuse. À coups de haches et de ténèbres, ils ont entamé la chair de l’être et le grand prédateur revient hanter leurs rêves. Noire apparition d’une origine combattue et jamais dépassée, toujours menaçante en leurs coeurs et de bouches qui saignent.

(extrait)

Dans le ruissellement opaque des âges, l’infini laissa choir sa divinité. Il se fit angoisse et tremblement et nulle adoration ne put réconcilier les hommes avec la mémoire perdue de la terre. Loin très loin s’exila l’infini, infiniment lointain, infiniment brisé, infiniment enchaîné au dieu chasseur de lumière. Alors fut effacée la route des étoiles, tout feu disparut des poitrines usées, des esprits écrasés d’impénétrable ennui. Hommes. Ils ne savaient plus. Obsédés d’un unique au-delà, ils voyagèrent au-devant de leur mort, mais la mort, entêtée, les poursuivait toujours.
 Poursuivis ils marchèrent parmi les monstres endormis puis éveillés soudain — et c’était la cendre des apocalypses, la terreur guerrière de l’impensable. Hommes à peau de tigre, dévoreurs des aurores promises, gravisseurs de montagnes où s’érige l’abandon étendard du sacrifice. Enfants bercés des couteaux de lune dans le temple des nuits. Hommes aux songes de panthères tapis parmi les fougères arborescentes du mensonge.
 Hommes à la voix de soufre perdus aux marécages de la honte. Hommes de toute haine et de l’ailleurs physique des ténèbres. Qui guérira votre lente agonie de sève purulente, qui évidera l’écorce fragile du silence, dans la férocité du temps qui gronde ?

Orage des murmures.

Press book

Des retombées immédiates ou primitives de l’âme

Marius Alliod

Lettre à l'auteur du 29 avril 2010

(à propos de Ne cherchez plus l'or du temps)

Il ne faut point l’y chercher, car, laisses-tu entendre, il n’y a pas d’âme, c’est-à-dire pas de disposition à aimer ni à gémir ni à se réjouir dans l’or du temps. Mais alors, comment se sont écrites par tes mains ces retombées immédiates ou primitives de l’âme que nos maîtres en philosophie nous disaient dans leurs leçons d’autrefois ne pas devoir confondre ?

En savoir plus...

Un bouquet de mots brulants

Roger-Yves Roche

En quête du temps, Livre et lire, 256, nobembre 2010

(à propos de Ne cherchez plus l'or du temps)

Ne cherchez plus l’or du temps explore avec force la désagrégation d’un sentiment sans que l’on sache si l’amour évoqué est encore de ce monde ou bien n’est plus. Un texte dur comme une pierre sur laquelle l’auteur a posé son bouquet de mots brûlants.

En savoir plus...

Les lecteurs qui ont sélectionné cet ouvrage ont également commandé