dimanche 24 septembre 2017
Mon compte
Vous n'êtes pas identifié
.
Paiement en ligne sécurisé par e-transaction du Crédit Agricole
Panier littéraire
Le panier est vide
Le Loup toqué (Nikolaï Zabolotski)

Nikolaï Zabolotski

Le Loup toqué

Anthologie poétique 1926-1958

EditeurLa rumeur libre

CollectionLa Bibliothèque

Date de parution01/2016

ISBN/code barre978-2-35577-094-4

Format (mm)141 x 192

Reliurecahiers cousus, couverture avec rabats

Nombre de pages224

Poids268 g

Textes choisis et traduits du russe par Jean-Baptiste Para - Ouvrage publié avec le soutien du CNL

Prix 18,00 €
Feuilleter

Textes choisis et traduits du russe par Jean-Baptiste Para - Ouvrage publié avec le soutien du CNL

Texte du rabat de couverture

Le poète russe Nikolaï Zabolotski (1903-1958) est considéré dans son pays comme un « classique contemporain ». Membre fondateur de l’Oberiou aux côtés de Daniil Harms et d’Alexandre Vvendeski à la fin des années vingt, il prit une part essentielle à la rédaction de son Manifeste. La parution de son premier livre en 1929 suscita à la fois l’enthousiasme et le scandale. Après son compagnonnage avec la dernière avant-garde russe, Zabolotski eut maille à partir avec la censure lors de la publication de son poème utopique « Le Triomphe de l’agriculture » en 1933. « Obstinément et sauvagement incompris », il put cependant compter sur le soutien indéfectible de quelques amis écrivains. Arrêté en 1938 au moment de la Grande Terreur, Zabolotski fut d’abord déporté sur les rives du fleuve Amour, en Sibérie, puis transféré dans la région de
l’Altaï en 1943. Libéré en 1944, il fut réintégré deux ans plus tard au sein de l’Union des écrivains.
Boris Pasternak, Joseph Brodsky et le cinéaste Alexeï Guerman, entre autres, ont dit l’admiration que leur inspirait ce poète dont l’œuvre, jusqu’à ce jour, demeurait à peu près inconnue en France.

La présente anthologie embrasse tout l’arc de son itinéraire poétique et donne également à lire l’inoubliable récit de son arrestation et de sa déportation à Komsomolsk-sur-l’Amour.

Textes choisis et traduits du russe par Jean-Baptiste Para

4ème de couverture

L’œuvre poétique de Nikolaï Zabolotski prend essor vers la fin des années vingt, décennie d’une extraordinaire richesse dans les arts comme dans le mouvement de la société. En Russie, il règne en ces années une atmosphère où l’esprit de l’utopie prospère comme jamais, avant qu’un terme brutal y soit mis au début des années trente. Proche à ses débuts de Daniil Harms et des poètes de l’Oberiou, Zabolotski s’engage bientôt sur une voie singulière. Rompant avec toute vision anthropocentriste, sa pensée poétique annonce une nécessaire coévolution de la nature et de la société. Il se rapproche à la fois de Vladimir Vernadski, ce pionnier de l’écologie globale, et de l’utopie futuriste de Velimir Khlebnikov dont deux vers avaient fécondé sa propre imagination et nourri sa veine scientifico-primitiviste : « Je vois des libertés chevalines / Et l’égalité des droits pour les vaches… » Des proximités se font également jour entre son univers et celui de Pavel Filonov — chez ce peintre, en effet, le cheval acquiert le statut d’une créature intellectuelle égale aux humains et incarne une force opposée à la mentalité des philistins. « Merveilleux, absolument merveilleux… » Voilà ce que disait à son propos Joseph Brodsky. Et il ajoutait : « Zabolotski a fait pour la littérature russe du xxe siècle ce que Gogol avait fait pour celle du xixe. Il nous a tous envoûtés à un moment ou à un autre. » Bien qu’il soit l’un des plus importants poètes russes du xxe siècle, Nikolaï Zabolotski reste à ce jour méconnu en France. Contribuer à la réparation de cet oubli est la principale raison d’être de ce livre.