mardi 26 septembre 2017
Mon compte
Vous n'êtes pas identifié
.
Paiement en ligne sécurisé par e-transaction du Crédit Agricole
Panier littéraire
Le panier est vide
Che vuoi ? n°36 (Che vuoi ? Revue de psychanalyse.)

Che vuoi ? Revue de psychanalyse.

Che vuoi ? n°36

Du féminin

EditeurLa rumeur libre

CollectionRevue Che vuoi ?

Date de parution01/2012

ISBN/code barre978-2-35577-038-8

Format (mm)240 x 165

ReliureBroché

Nombre de pages256

Poids430 g

Prix 25,00 €
Feuilleter

La psychanalyse ne confond pas le féminin avec le sexe féminin, même dans le sens large de notre langue qui très souvent s’ingénie à le décliner comme adjectif, c’est-à-dire ce qui s’ajoute au nom. Qu’entend-elle par féminin ?

--> Cliquez ici pour informations abonnement

ÉDITORIAL
 Le sexe féminin fait énigme, aux hommes dont la singularité sexuelle est dans le champ du visible, mais aussi aux femmes, car ce champ du visible est rassurant : il y a ou il n’y a pas. L’interprétation de cette différence est plurielle en fonction de l’investissement des premiers autres sur l’enfant comme garçon ou comme fille, ainsi que selon les fantasmes construits par chacun.
 La psychanalyse ne confond pas le féminin avec le sexe féminin, ni avec la sexualité féminine, même dans le sens large de notre langue qui très souvent s’ingénie à le décliner comme adjectif, c’est-à-dire ce qui s’ajoute au nom. Qu’est ce que le féminin pour la psychanalyse ? Pour Sigmund Freud ce « continent noir » est incompréhensible avec sa manière d’appréhender l’inconscient et le désir ; là, Freud en convient, « l’analyse des résistances », et les interprétations ont peu d’effets.
 Jacques Lacan en appelait aux femmes pour qu’elles parlent de ce continent noir. Il fut déçu. Pour elles non plus, ce n’est pas dans l’évidence. Dès 1970, dans le séminaire « Encore », il leur reconnaît, coexistant avec la jouissance phallique, « une jouissance supplémentaire », en deça du registre phallique. Plus tard, cette jouissance autre, mystérieuse, lui apparaît exister aussi chez les hommes, par exemple chez les mystiques et les artistes. Elle est à l’oeuvre dans la mythologie de toutes les civilisations et dans la littérature, la musique, la danse, la peinture, la sculpture c’est-à-dire le travail de la couleur, de la forme et de la matière, dès l’aube de l’humanité et aussi dans la vie. Mais elle reste, pour hommes et femmes, difficile à énoncer en parole. Elle s’entend, comme l’inconscient et comme la poésie, entre les lignes du discours et des actes.
 Les différentes écritures du féminin rassemblées dans ce numéro de la revue Che vuoi ? tentent de rendre sensible ce « pas tout phallique » commun aux femmes et aux hommes, cet en deça, ce pulsionnel en attente de signifiant et source de passion et de création.

 Che Vuoi ? n°36

Du féminin

SOMMAIRE n°36

  La lettre, c’est féminin

Hélène Godefroy : L’éternel féminin

Serge Reznik : Le sexe est structuré comme un alphabet

Claude Maillard : Ecrire au féminin

Poèmes

Lucienne Nestérovitch : Poèmes choisis

Andrea Iacovella : La nuit de Nemi

En deça du visible

Claude-Noële Pickmann : Des mille e tre subversions du pas-tout

Michelle Skierkowski : De Charybde en Scylla

Danièle Epstein : L’ombilic de la féminité

Geneviève Schnepf : N’être femme : de l’ombre à la sublimation

Gérard Larguier : Femmes entre les lignes

  Traverses

Joëlle Desjardins-Simon : Non mères, des femmes à temps contré

Colette Hochart-Cremnitzer : L’amère jouissance

Mireille Faivre-Engelhardt : Passer par le féminin. Acte et retournement

Caroline Ghizzi-Carimantran : Sauvagerie maternelle et refus du féminin. Les bacchantes d’Euripide

Marie-Laure Balas : Fantasme de grossesse et ombre maternelle

Valérie Waill-Vallet : Reste à transmettre

  Histoire de la psychanalyse : Trois exploratrices

Marie-José Sophie Collaudin : Question du féminin au féminin

Sandrine Malem : Sabina Spielrein, aux commencements

Marc Nacht : Vous m’avez manqué hier

Hommage à Philippe Julien

 

Cabinet de lecture

Aharon Appelfeld : Le garçon qui voulait dormir / Lecture par Raymonde Coudert

Salwa Al Neimi : La preuve par le miel / Lecture par Karima Lazali

Jacques Hassoun : Les contrebandiers de la mémoire / Lecture par Hélène Ewenczyk

Catherine Millot : Ô Solitude / Lecture par Pascale Hassoun

Valérie Péronnet : Jeanne et Marguerite / Lecture par Marie-José Sophie Collaudin

Michel Cazenave : Éclats de lumière / Lecture par Geneviève Piot-Mayol

Henriette Michaud : Les revenants de la mémoire, Freud et Shakespeare / Lecture par Robert Montrelay

Joëlle Desjardins-Simon et Sylvie Debras : Les Verrous inconscients de la fécondité / Lecture par Raymonde Coudert

Mireille Faivre-Engelhardt : Le Rire de Déméter / Lecture par Jean-Mathias Pré-Laverrière

 Illustrations

Photos de sculptures de Paul Taylor

Collage de Gérard Larguier