lundi 20 novembre 2017
Mon compte
Vous n'êtes pas identifié
.
Paiement en ligne sécurisé par e-transaction du Crédit Agricole
Panier littéraire
Le panier est vide
Che vuoi ? n°41 (Che vuoi ? Revue de psychanalyse.)

Che vuoi ? Revue de psychanalyse.

Che vuoi ? n°41

Les Enfers

EditeurLa rumeur libre

CollectionRevue Che vuoi ?

Date de parution09/2014

ISBN/code barre978-2-35577-083-8

Format (mm)165 x 241

ReliureBroché

Nombre de pages240

Poids402 g

Prix 25,00 €
Feuilleter

L’enfer pour un humain vivant c’est de ne pouvoir sortir d’une catastrophe symbolique sans risquer la mort réelle. Pour l’éviter, un sujet pervers s’accroche aux perceptions de son corps désarrimé de signifiants permettant que la chose se perde et rendant supportable l’absence de l’autre, et ne vit que pour la jouissance. Cette jouissance peut provoquer pour un autre la folie de la psychose. L’expérience des psychanalystes recevant ces personnes vivant un enfer plus ou moins envahissant montre qu’il leur est impossible d’en sortir sans l’aide d’un autre pour les secourir. Écouter et parler parfois ne sont pas suffisants, et d’autres actes s’avèrent alors nécessaires. Le voyage d’Ulysse, l’enfer de Dante, les exploits de Don Quichotte en parlent. Plusieurs textes de ce numéro témoignent de la réussite de la sortie d’un enfer ou de son échec.

--> Cliquez ici pour informations abonnement

Éditorial

Enfers, diables, figurations du mal existent dans toutes les cultures ou presque. Ces imageries ou ces écrits mettent en scène un monde pervers.

La répétition infinie, dans une jouissance sans limite, de ces scénarios où l’autre est instrument de jouissance, et exclu en tant que Sujet, caractérise de tels enfers. L’autre est là pour donner forme imaginaire, souvent dans le registre du scopique voire du langage, à l’informe de perceptions vécues sans parole, c’est-à-dire dans la jouissance de l’Autre — comme parfois dans la psychose — ou à l’insu d’excitations traumatiques vécues dans la solitude, c’est-à-dire dans la détresse.

Dans tous les enfers le temps est dénié ; les origines, les ascendants, les frères et soeurs et les descendants peuvent être à n’importe quelle place, les générations sont confondues et les genres ne sont pas différenciés ; c’est un monde sans interdit, donc sans désir.

Les lieux sont hors symbolique et sont figurés flambants, ou sauvages, escarpés et accidentés, comme après une catastrophe réelle non identifiée.

L’enfer pour un humain vivant c’est de ne pouvoir sortir d’une catastrophe symbolique sans risquer la mort réelle. Pour l’éviter, un sujet pervers s’accroche aux perceptions de son corps désarrimé de signifiants permettant que la chose se perde et rendant supportable l’absence de l’autre, et ne vit que pour la jouissance. Cette jouissance peut provoquer pour un autre la folie de la psychose. L’expérience des psychanalystes recevant ces personnes vivant un enfer plus ou moins envahissant montre qu’il leur est impossible d’en sortir sans l’aide d’un autre pour les secourir. Écouter et parler parfois ne sont pas suffisants, et d’autres actes s’avèrent alors nécessaires. Le voyage d’Ulysse, l’enfer de Dante, les exploits de Don Quichotte en parlent. Plusieurs textes de ce numéro témoignent de la réussite de la sortie d’un enfer ou de son échec.

Le comité de rédaction

Che Vuoi ? no41

Les Enfers

Sommaire

Enfer et enfers

« Du diable au corps au corps du diable : les figures de Thanatos », Danièle Epstein

« Enfer… vous avez dit enfer ? », Claude Rabant

Hugo Lacroix, « Preuve mathématique de la non existence de l’enfer »

« L’enfer, l’inexistence des autres », Alain Deniau

« L’enfer de la haine antijuive », Serge Reznik

« L’État psychotique », Jacques Benroubi

Iréna Talaban, témoignages des rescapés de Pitesti

Ossip Mandelstam, « Mon siècle »

Sortir de l’enfer ?

Une anonyme du xxie siècle, « Un enfer bien ordinaire »

« Sortir des enfers », Andrea Iacovella

Goethe, « Méditation de Faust »

« Quand le silence du psychanalyste est criminel », Jean-Mathias Pré-Laverrière

Une femme à Berlin, « Aux yeux du monde, nous sommes les Trümmerweiber, les filles des ruines et de la crasse »

« De l’insurmontable à l’irrémédiable », Sylvie Benzaquen

« Comment sortir de l’enfer ? », Raymonde Coudert

« Le silence face à l’œil jouisseur », Marie-José Sophie Collaudin

« Au commencement est la répétition », Alexandra de Séguin

Addictions

« Qui est alcoolique ? », Jean-Pierre Lehmann

Pascal Quignard, « Les désarçonnés »

« Dans les yeux de l’Autre », Didier Ledent

Contrepoint

« Trouer méduse », Joseph Assouline

Cabinet de lecture

Claude Spielmann, Vos yeux d’absence, lecture par Marie-José Sophie Collaudin

Jacques Le Brun, Sœur et amante, lecture par Annick Galbiati

Moustapha Safouan, La psychanalyse. Science, thérapie — et cause, lecture par Danièle Lévy

Daniel Sibony, Islam, Phobie, Culpabilité, lecture par Sandrine Malem

Iréna Talaban, Terreur communiste et résistance culturelle, Les Arracheurs de masques, lecture par Marie-José Sophie Collaudin

Hans Fallada, Seul dans Berlin, lecture par Alain Deniau

Jean-Gérard Bursztein, Introduction à la science psychanalytique, lecture par Richard Broda

Association Psychanalyse et Médecine, La Livre de chair, lecture par Jacques Saliba

Marie-Magdeleine Lessana, Un théâtre de l’émotion au Mali, lecture par Karima Lazali