jeudi 19 octobre 2017
Mon compte
Vous n'êtes pas identifié
.
Paiement en ligne sécurisé par e-transaction du Crédit Agricole
Panier littéraire
Le panier est vide
Revue Rumeurs n°3 Septembre 2017 (Revue Rumeurs Actualité des écritures)
Revue Rumeurs n°3 Septembre 2017 (Revue Rumeurs Actualité des écritures)

Revue Rumeurs Actualité des écritures

Revue Rumeurs n°3 Septembre 2017

Actualité des écritures

EditeurLa rumeur libre

CollectionRevue Rumeurs

Date de parution09/2017

ISBN/code barre978-2-35577-164-4

Format (mm)165 x 224

ReliureCahiers cousus, couverture avec rabats de 13 cm.

Nombre de pages320

Poids430 g

IllustrationRevues avec abondante iconographie, pages intérieures imprimées en 2 couleurs, couverture en quadrichromie

Prix 21,00 €
Feuilleter

Au sommaire de ce numéro 3 : LE GRAND ENTRETIEN Laurence Nobécourt Les vies spirituelles de Laurence Nobécourt LA PÉPINIÈRE Girish Patel À haute voix Natacha Lafond Arbres du regard Sonia Viel Après papa ACTUELLE BABEL Joël Vernet Ma vie ne sera plus jamais sommeil Giuseppe Lucatelli Prosopopée à casquette Sylviane Crouzet La liberté des autres Laurent Doucet 1917 – 2017 : un siècle de Surrévolutions Joëlle Guidez Des paysages Anne-Caroline Jambaud Akira Mizubayashi Marc-Henri Arfeux Pauvreté régnante : une aventure de livres, de peintres et de poètes Samira Negrouche La paix au-dessus de la paix Michel Kneubühler «Le Grand Huit » VISAGES D’UNE POÉSIE VIVANTE Emmanuel Merle Dire l’autre et son mystère Tanguy Guézo Visages d’une poésie vivante ! ÉCRITS EN ATELIERS Dominique Sampiero La vie imprononçable Les voix de l’immobile Kevin Celui qui n’existe pas Olivier, Idris, Geoffray, Sylvain, Dominique Il y a Patrick L’esprit du rhum Julien Ballade sur le net Anthony, David, Dominique, Lakkdar, Farès, Olivier, Sylvain Mourir bref Mou rire Julien, Dominique, Hadj, Olivier, Thomas, Sirakoro Dans mes pensées, il neige de temps en temps du silence Patrick Petite madone Patrick Lettre d’une personne en détention libérée en juillet Anthony, David, Dominique, Lakkdar, Farès, Olivier, Sylvain Vivre comme l’air Idris, Paterne, Belkher, Sylvain, Kévin, Geoffray, Hilario, David, Dominique L’alphabet des immobiles Carnet princier (saison 2013) Andy T. Page 14 Atelier d’écriture au Centre social Georges-Dehove de Chasse Royale Le grand livre des bibliothèques imaginaires René Lelièvre Morceau de palette perdu par un peintre Karim El Abassis Propos recueillis Bernard Lafargue et des enfants du faubourg de Cambrai J’ai mal à la Terre, Chanson Dominique Sampiero Poème de propos recueillis État des lieux et des âmes Pascale Hillion Un bouquet de fleurs sur le podium. Histoire du faubourg de Lille Citoyenne d’honneur. Histoire de Dutemple Famille Zézémeur. Histoire du Faubourg de Paris Adriana, c’est moi ! Histoire du centreville Andy Du rifi fi au bibliobus Collectif N René Lelièvre Jean et Marie, de Bruno Vouters LES POÈTES NE MEURENT JAMAIS Emmanuel Merle Raymond Carver « C’est bon de vivre près de l’eau » Jean-Pierre Chambon « Inventer d’autres prosodies » Une rencontre avec Michel Butor RUMEURS D’ITALIE Emiliano Gucci Lettre à Beppe Patrick Vighetti Emiliano Gucci La Toscane vue depuis le balcon de l’amour RUMEURS D’AMÉRIQUE Emmanuel Merle Alejandro Mendez Eduardo Rezzano

Parti pris

Thierry Renard

SAINT-JULIEN-MOLIN-MOLETTE, LE DIMANCHE 28 MAI 2017

« Comme tu tiens à ta pureté, mon petit gars ! Comme tu as peur de te salir les mains. Et bien, reste pur ! À quoi cela servira-t-il et pourquoi viens-tu parmi nous ? La pureté, c'est une idée de fakir et de moine. Vous autres, les intellectuels, les anarchistes bourgeois, vous en tirez prétexte pour ne rien faire. Ne rien faire, rester immobile, serrer les coudes contre le corps, porter des gants. Moi j'ai les mains sales. Jusqu'aux coudes. Je les ai plongés dans la merde et dans le sang. »
(Jean-Paul Sartre, Les Mains sales.)

Avec la revue Rumeurs, c’est le récit d’une partie de la production actuelle qui s’écrit, ou s’invente, sous vos yeux. Une partie seulement, j’en conviens. Nous n’avons pas la prétention d’être exhaustifs. L’équipe avec laquelle je travaille, et qui m’entoure avec enthousiasme, a choisi les lois naturelles de la subjectivité. À chaque nouveau numéro, nous essayons cependant d’élargir, selon la belle formule de Bertolt Brecht, le cercle des initiés. Ici ou là, des louanges, ou des encouragements. Ailleurs, des reproches ou, mieux encore, des attaques en règle.

Nous l’avouons sans honte, aucune, nous sommes de parti pris. Et nous acceptons, sans jamais faillir, de garder les mains dans le cambouis. Depuis l’invention de l’écriture, rien n’est jamais allé tellement de soi.

Notre revue a choisi, depuis son premier jour, d’ouvrir ses colonnes, ses pages, à des aventures originales, tantôt imaginaires et tantôt réelles, quelquefois solitaires, d’autres fois collectives.
Elle a choisi, surtout, de privilégier la voix des vivants, mais sans oublier ces chers disparus, rares, uniques, parfois bien plus vivants que certains vivants pour qui la chose littéraire, comme on dit, n’est qu’un médiocre passe-temps, ou un banal jeu de rôles.

La revue Rumeurs est ouverte à tous les vents, et elle voudrait encore s’écrire dans toutes les langues. Parmi les invités, vivants, de cette livraison : Laurence Nobécourt et Dominique Sampiero. Et quelques autres, aussi, bien sûr. Des proches et des lointains, des méconnus, des familiers…

Mes amis, laissez-vous porter par le chant des oiseaux fous de l’aube naissante.