lundi 22 juillet 2024
Mon compte
Vous n'êtes pas identifié
.
Paiement en ligne sécurisé par e-transaction du Crédit Agricole
Panier littéraire
Le panier est vide

À compter du 29 août 2018 les connexions sont cryptées pour la sécurité de vos paiements.

Œuvres Poétiques Planète déchirée (Jidi Majia )

Jidi Majia

Œuvres Poétiques Planète déchirée

poèmes, essais et entretiens

EditeurLa rumeur libre

CollectionLa Bibliothèque

Date de parution03/2023

ISBN/code barre978-2-35577-280-1

Format (mm)141 x 192

Reliurebroché, couvertures avec rabats

Nombre de pages320

Poids311 g

Illustration5 dessins originaux du poète

Prix 21,00 €
Feuilleter

L’œuvre de Jidi Maja c’est la confiance absolue dans le pouvoir de la poésie à se faire comme un espéranto de l’âme humaine.

La poésie de Jidji Majia prend la forme d’une parole généreuse et ouverte, accessible à tous, riche d’images puissantes et porteuse d’une pensée complexe. Si elle doit assurément beaucoup à ce principe confucianiste qui exige que la conscience œuvre simultanément en faveur du bonheur individuel et du destin collectif, si elle s’instruit d’abord de la grande poésie chinoise de l’époque Tang, de Du Fu notamment, elle est nourrie magnifiquement d’un savoir universel, dialoguant avec Dante et Habermas, Holderlin et Shelley, Walter Benjamin, Walt Whitman, Pablo Neruda ou les russes iconoclastes du Zaum...

L’œuvre de Jidi Maja c’est la confiance absolue dans le pouvoir de la poésie à se faire comme un espéranto de l’âme humaine.

La poésie de Jidji Majia prend la forme d’une parole généreuse et ouverte, accessible à tous, riche d’images puissantes et porteuse d’une pensée complexe. Si elle doit assurément beaucoup à ce principe confucianiste qui exige que la conscience œuvre simultanément en faveur du bonheur individuel et du destin collectif, si elle s’instruit d’abord de la grande poésie chinoise de l’époque Tang, de Du Fu notamment, elle est nourrie magnifiquement d’un savoir universel, dialoguant avec Dante et Habermas, Holderlin et Shelley, Walter Benjamin, Walt Whitman, Pablo Neruda ou les russes iconoclastes du Zaum...

Ce qui confère à l’œuvre de Jidi Majia une aura exceptionnelle dans le paysage poétique de ce temps est son extraordinaire capacité à élargir son champ de vision, sans rien renier de sa culture propre et de son appartenance à une histoire millénaire, à l’entièreté de l’aventure humaine, à nouer le mythique et l’extrême contemporain, à intégrer la pensée dans l’hymne et l’élévation lyrique. C’est la confiance absolue, résolue dans le pouvoir de la poésie à se faire comme un espéranto de l’âme humaine, à se faire la figure d’une vérité partageable entre mémoire et devenir, dans son pouvoir à fonder face à l’absurde, un sens de la vie sans assignation à la religion, à l’idéologie, à l’exploitation utilitariste et égoïste du réel. "Le poète est le chef de la dernière tribu" dit Jidji Majia. Une petite tribu certes, et menacée, mais c’est elle qui détient le feu qui seul éclaire le chemin (extraits de la préface de Jean-Pierre Siméon).

Illustration-Jidi3