mardi 22 août 2017
Mon compte
Vous n'êtes pas identifié
.
Paiement en ligne sécurisé par e-transaction du Crédit Agricole
Panier littéraire
Le panier est vide

Anne Brouan

Anne Brouan

Anne Brouan, née dans le Var en 1954. Vit et travaille à Lyon. Cofondatrice, en 1996, du collectif d’édition Le Bel Aujourd’hui.

Bibliographie

  • Rituel du silence, poèmes d'Anne Brouan, gouaches d'Evaristo, La rumeur libre éditions, 2011.
  • Ne cherchez plus l'or du temps, poésie, La rumeur libre éditions, 2010.
  • Evaristo. La chambre des falaises, récit et poésie, avec des encres d’Evaristo, Stéphane Bachès éditions, 2002.
  • Des roseaux incertains, suivi de Les vergers du sommeil, poésie, Le Bel Aujourd’hui éditions, 1999.

Textes sur Anne Brouan

Douce sueur de la beauté

Bernard Noël

Lettre à l'auteur du 21 mars 2012

(A propos de Rituel du silence)

Merci, chère Anne Brouan, de ce poème

qui fait résonner l’espace que masquent les

images et les mots, non pour les dérober,

mais pour que nous fassions l’effort de

traverser...

)

En savoir plus...

La parole, une urgence contre la pénurie

Roger Dextre

Lettre à l'auteur, décembre 2003

(à propos de La chambre des falaises)

Fin déc. 2003

Chère Anne,

« Dieu en sa mélancolie secrète »…

Ces mots si proches de l’expérience et, particulièrement de celle de Schelling(« Sehnsucht Gottes »)me paraissent le tourment des paroles et des images qu’unit le livre que tu as écrit avec Evaristo.

En savoir plus...

La violence apparaît dans un premier jour d'éternité

Roger Boulez

Lettre à l'auteur

(A propos de Rituel du silence)

Votre nouveau livre est une pure merveille…Les trois poètes placés en frontispice de vos textes peuvent être heureux de leur autre monde. J’aime infiniment la grandeur et la hauteur de votre écriture. Je n’y trouve plus les déchirements d’une douleur pas encore assimilée mais la violence s’est faite puissance et tout un univers apparaît dans un premier jour d’éternité.

En savoir plus...

Evaristo a été, sans être perçu

Marius Alliod

Lettre à l'auteur du 23 février 2012

(A propos de Rituel du silence)

Chère Anne

J’ai voulu t’écrire très vite après ma première lecture de Rituel du silence, mais je me suis égaré en cherchant à catégoriser ta poésie… J’en ai conclu que si ma tentative ne marchait pas c’était dommage pour moi, mais ça ne l’était pas pour toi, car la poésie n’est pas destinée à la curiosité des linguistes….

En savoir plus...

Des retombées immédiates ou primitives de l’âme

Marius Alliod

Lettre à l'auteur du 29 avril 2010

(à propos de Ne cherchez plus l'or du temps)

Il ne faut point l’y chercher, car, laisses-tu entendre, il n’y a pas d’âme, c’est-à-dire pas de disposition à aimer ni à gémir ni à se réjouir dans l’or du temps. Mais alors, comment se sont écrites par tes mains ces retombées immédiates ou primitives de l’âme que nos maîtres en philosophie nous disaient dans leurs leçons d’autrefois ne pas devoir confondre ?

En savoir plus...

Un bouquet de mots brulants

Roger-Yves Roche

En quête du temps, Livre et lire, 256, nobembre 2010

(à propos de Ne cherchez plus l'or du temps)

Ne cherchez plus l’or du temps explore avec force la désagrégation d’un sentiment sans que l’on sache si l’amour évoqué est encore de ce monde ou bien n’est plus. Un texte dur comme une pierre sur laquelle l’auteur a posé son bouquet de mots brûlants.

En savoir plus...

De l'inaccompli vers une épiphanie

Patrick Drevet

Lettre à l'auteur à propos de La chambre des Falaises

 

(à propos de La chambre des falaises)
..La profonde authenticité de ce peintre et le souci d'exactitude que vous montrez pour évoquer et faire partager sa quête font de cet ouvrage une très profonde réflexion sur l'art, sur la poésie, sur ce ressort plus fort que tout, essentiel et primordial, qui anime certains pour donner forme, au moyen des pâtes ou des mots, à ce gémissement, à ce cri de ce qui n'a pas de voix en nous et attend une rencontre pour qu'il soit, et à quoi se rapporte la notion même de visage -- cette tension de l'inachevé vers l'être, cette souffrance de l'inaccompli vers une épiphanie...

En savoir plus...

Les purs silences où tout peut recommencer

Michel Evieux

Lettre à l'auteur à propos Des Roseaux incertains

(à propos D es Roseaux incertains)
...Cette écriture du coeur "battant" au rythme inlassable de la vie (quand même et toujours), respir, soupir, flux, reflux, décrit (et cela crie et crisse) des orbes de plus en plus serrés autour des gouffres, de tous les abîmes de Mémoire.
L'angoisse est partout mais le plus souvent comme un signe évident du lancinant appel d'un Ailleurs qui comble. La tendresse en est le contrepoint et la parole, en son tréfonds si féminine, impose une musique et des images vraies, nues, qui tirent l'âme, l'émeuvent au plus haut point.
Vous avez vous aussi, semble-t-il, traversé l'Achéron et comme l'autre, retrouvé le prix et le charme des rives, un temps, dérobées. Vos mots -- vos incantations circonscrivent l'obscur, l'illimité et font naître les purs silences où tout peut (re)commencer....

 

En savoir plus...

Un murmure très profond

Patrick Drevet

Lettre à l'auteur à propos Des Roseaux incertains

(à propos D es Roseaux incertains)
...la poésie relève moins des mots que du langage de l'âme, âme comme l'on parle de l'âme du violon, et pour peu qu'on approche l'oreille tout près de vos pages, on perçoit un murmure très profond...

 

 

En savoir plus...

La fidélité à la rencontre

Alain Borer

Lettre à l'auteur à propos Des Roseaux incertains

(à propos Des Roseaux incertains)
...il y a la liberté, il y a la grâce ; les faire tenir ensemble, c'est impossible -- sauf en poème, à te lire. Ainsi je n'oublierai pas ni les poèmes ni la rencontre : ils ne cessent pas, ils aident à vivre. Qu'est un poème, sinon la fidélité à la rencontre ?

 

 

En savoir plus...

Une soif insatiable de partage

Monique Dorsel

article paru dans Le Mensuel littéraire et poétique de Belgique, à propos Des Roseaux incertains, février 2000

(à propos Des Roseaux incertains)
...je ne connais que la voix du poème qui semble proposer à chaque page à la fois toute la perte du monde et toute sa rédemption. J'attends la peur de tout. Je ne sais plus ce qui est juste. J'écris l'extase des heures froides. Une écriture qui parle avec les morts et qui renoue avec les vivants, une soif insatiable de partage, quelque chose de bouleversant que rien n'apaise vraiment.

 

 

En savoir plus...

Un pouvoir inépuisable de nouveauté

Bernard Noël

Lettre à l'auteur à propos Des Roseaux incertains

(à propos Des Roseaux incertains)
"J'ai lu vos pages dans l'étonnement de reconnaître un pays perdu, où l'espace était substantiel parce qu'animé par une clarté sans ombre. Non que le noir vous soit étranger mais vous avez l'usage d'une luminosité naturelle, qui toujours l'emporte. Cela donne une saveur à la vue parce que les mots (les vôtres) s'y dissolvent en communiquant leur goût à tout ce qu'ils font lever d'émotion et de vision. Décidément la simplicité a un pouvoir inépuisable de nouveauté..."

 

 

En savoir plus...