Friday 14 June 2024
My account
You are not logged into the system
.
Payment secured by Credit Agricole e-transactions
Basket
The basket is empty

À compter du 29 août 2018 les connexions sont cryptées pour la sécurité de vos paiements.

Une soif insatiable de partage

Monique Dorsel

article paru dans Le Mensuel littéraire et poétique de Belgique, à propos Des Roseaux incertains, février 2000

"Comment peut-on revenir de tant de morts, des petites et des grandes, et réapparaître en ce matin dans l'épaisseur charnelle du monde ? C'est ce qu'aura réussi Anne Brouan par ses multiples traversées de désert et de silence, de lectures et de détresse. Car c'est aussi bien Reverdy que Nerval, Paul Celan ou Patrick Laupin qui surgissent au coeur de ses solitudes. Sa longue errance dans cette Prague aux noces de Cinabre fonde son projet et lui donne la langue du poème. Et La ville endormie dans le sang des tortues / Pacifiait la détresse des âmes lamentées. Ce poème, elle l'écrivait au vieux cimetière juif de Prague. Je ne connais pas la voix d'Anne Brouan, je ne connais que la voix du poème qui semble proposer à chaque page à la fois toute la perte du monde et toute sa rédemption. J'attends la peur de tout. Je ne sais plus ce qui est juste. J'écris l'extase des heures froides. Une écriture qui parle avec les morts et qui renoue avec les vivants, une soif insatiable de partage, quelque chose de bouleversant que rien n'apaise vraiment. "