mardi 26 septembre 2017
Mon compte
Vous n'êtes pas identifié
.
Paiement en ligne sécurisé par e-transaction du Crédit Agricole
Panier littéraire
Le panier est vide
Prix Mallarmé 2011
Travaux de lumière (Annie Salager)

Annie Salager

Travaux de lumière

poésie

EditeurLa rumeur libre

CollectionPlupart du temps

Date de parution11/2010

ISBN/code barre978-2-35577-017-3

Format (mm)121 x 182

ReliureDos carré collé, cahiers cousus

Nombre de pages104

Poids107 g

Ouvrage publié avec le concours de la Région Rhône-Alpes

Prix 13,00 €
Feuilleter

Ouvrage publié avec le concours de la Région Rhône-Alpes

(extrait)

Lumière du rythme

L’espace la dérobe
 l’être l’ombre
 y tournoient
 Perlée d’aubes lointaines
 aux fables orangées
 Elle qui laisse entendre
 l’ascension du vivant
 l’infinitif d’azur
 dont on n’embrasse ni
 la vacuité ni l’énergie
 divine et seuls
 des univers
 de rythmes
 les questionnent

(extraits)

Les mêmes

J’entends la mer balayer le rivage
 entrer dans la chambre
 la rumeur du sablier
 le ciel est noir d’étoiles
 la nuit le peuple
 de lis en poussière de mer
 j’ai soif d’eux
 dans les senteurs du maquis
 l’instant du vivre
 tient en haleine

Feux d’eau

Comme un nageur de fond
 il en poursuit le privilège et le poème
 désir sans cause ni objet
 de ce qui ombre chaque mot
 venu de la nuit pâli d’elle
 mais attisé en couches de lumière
 où il pressent près de leurs bords rocheux
 quelquefois d’introuvables feux

La visite

Qui frappe à la porte ?
 Le sol s’est fissuré
 où crie l’oiseau du vivre
 sous le pas du devin
 qui a tourné le dos
 Il ne reconnaît plus
 les rieuses dansaient
 la parade du feu
 aux joues et le plaisir
 ni le bel aujourd’hui
 les bouffées de bourgeons
 ni la source d’amont
 aux anciennes prairies
 Qui frappe
 et qu’attend-on de lui ?

Press book

La figure d'un Orphée errant

Jean-Yves Masson

Soleils de Salager, Magazine Littéraire, juillet 2011

La figure d'un Orphée errant traverse ces tableaux où même les oliviers sont « nomades », où il s'agit d'abord de « se dessaisir », de laisser être le monde dans toute sa force d'énigme, où présence et exil sont indissolublement liés.

 

En savoir plus...

Rallumer les feux éteints du monde.

Laure Dino

Travaux de lumière, sur le blog L'oiseau de feu du Garlaban, 7 mai 2011

 

 

La lueur cachée des mots, comme une veilleuse qui brille dans la nuit, en signe d'une joie intérieure, qui demeure.

 

 

En savoir plus...

Une disposition têtue au bonheur

Alain Gnemmi

Lire Annie Salager : "Travaux de lumière" , le blog nancy.aspect.editions, 13 décembre 2010

 

Avec Travaux de lumière, Annie Salager se situe – au risque de se répéter, pourquoi ne pas rabâcher hormis pour le plaisir d’entendre dégrippés les mécanismes de la vieille dialectique ? - dans le camp du vivant, elle aime la terre qui lui a inculqué ses valeurs, une disposition têtue au bonheur.[...]

Annie Salager prouve encore qu’elle ne s’est jamais trompée de route, qu’elle fraye son chemin dans l’écriture en le débroussaillant, infatigable au quotidien et inspirée à travers ses « travaux ». Et qu’elle déploie constamment ses efforts pour en aménager les accotements et nous protéger contre le vide.

En savoir plus...

La beauté inépuisable du vivant repousse l’horizon sans fin du poème

Michel Ménaché

Annie Salager : Travaux de lumière, Revue Europe, 984, avril 2011, p.350-351

( à propos de Travaux de lumière, extrait) Le dernier recueil d’Annie Salager, Travaux de lumière, procède du décryptage des sensations immédiates nées des étreintes charnelles avec le réel le plus secret. Hymne à la vie et aux sources que la poésie préserve encore des barbaries triomphantes. Six séquences se succèdent dans une composition impressionniste, une manière d’inventaire du patrimoine intime, palpable ou intangible.

En savoir plus...

Les lecteurs qui ont sélectionné cet ouvrage ont également commandé