samedi 20 juillet 2024
Mon compte
Vous n'êtes pas identifié
.
Paiement en ligne sécurisé par e-transaction du Crédit Agricole
Panier littéraire
Le panier est vide

À compter du 29 août 2018 les connexions sont cryptées pour la sécurité de vos paiements.

La Fureur fauve (Oviedo Ramiro)
La Fureur fauve (Oviedo Ramiro)

Oviedo Ramiro

La Fureur fauve

Œuvres poétiques

EditeurLa rumeur libre

CollectionLa Bibliothèque

Date de parution06/2024

ISBN/code barre978-2-35577-296-2

Format (mm)141 x 192

ReliureDos carré collé couverture avec rabats

Nombre de pages240

Poids280 g

Ouvrage publié avec le concours de la Région Auvergne-Rhône-Alpes

Prix 19,00 €
Feuilleter

Ouvrage publié avec le concours de la Région Auvergne-Rhône-Alpes

(4ème de couverture de Serge Pey)

Ramiro Oviedo est un des poètes de la Génération des Grands de notre Amérique latine universelle. Iconoclaste, émeutier, torero métaphysique, joueur de poker indien, lanceur de couteau sur des cibles
vivantes dans les cirques, Guignol du poème devenu vivant, astronaute. Il est un des frères fondamentaux que la poésie invente lorsqu’elle est seule.
Ce recueil est un coffre de pirate trouvé dans une île abandonnée par son destin. L’écriture de Ramiro Oviedo se déploie loin des dogmes et des tics-tocs à la mode des souffrances narcissiques d’une génération de petits morts en plastique. Il est toujours « l’Autre » de Rimbaud et le Fou d’Artaud, le cri de Mozart dans la Divine comédie dantesque des Andes ou des anges mis à mort dans des géométries tordues par des géographes mécaniques. Poète des grands drapeaux de l’espérance, il guillotine sa tête pour manger son intérieur comme on fait avec les singes vivants.
Il faut lire absolument ce livre, car c’est lui qui nous lit. Il est la chair recouverte de papiers journaux qui donne à boire à la terre le sang qui arrose nos roses. Debout dans l’enfer, il alimente le feu avec ses propres poèmes coupés dans des échafauds. Boxeur sans ring, ses gants cachent ses poings déchirés jusqu’aux os. Ce livre est celui de l’honneur d’un poète dans la constellation de toute la poé-terre et de tout ce poé-ciel où même le soleil dans son frigo éclate de rire en nous voyant nous éteindre. En avant avec Ramiro Oviedo, avec ses mots comme des dents à répétition arrachées à une bouche qui nous invite à tirer comme pour un entraînement devant la poésie totale de l’univers.