mardi 20 avril 2021
Mon compte
Vous n'êtes pas identifié
.
Paiement en ligne sécurisé par e-transaction du Crédit Agricole
Panier littéraire
Le panier est vide

À compter du 29 août 2018 les connexions sont cryptées pour la sécurité de vos paiements.

À ciel ouvert (Jacques Darras)

Darras Jacques
Le Men Yvon

À ciel ouvert

EditeurLa passe du vent

CollectionEntretiens

Date de parution04/2010

ISBN/code barre978-2-84562-161-9

Format (mm)140 × 205 mm

ReliureBroché

Nombre de pages188

Poids252 g

Prix 12,00 €
Feuilleter

Le poème de Jacques Darras est immense et il n’est pas sans rappeler certaines œuvres, uniques elles aussi, qui ont poursuivi jusqu’à leur terme un même chemin. Un poème, au bord du monde et de la vie, à la fois multiple et un, particulier et universel. Dans ce livre d’entretiens, Jacques Darras poursuit son errance et l’aventure à partir des questions que lui pose un autre poète, Yvon Le Men, dont l’œuvre, à première vue, semble très éloignée des préoccupations (forme et fond réunis) qui sont celles de Darras. Le Men vient d’une autre famille d’écriture, plus tournée vers le fragment et l’économie de moyens. Mais c’est bien tout l’intérêt de ce livre, cette conversation (confrontation) à deux voix, l’une porteuse d’un plus vaste chant, l’autre comme venue du murmure… Ce livre ouvre toutes grandes les fenêtres du ciel. Il autorise notre cœur, nos yeux et nos mains à se rendre de l’endroit de la source jusqu’à l’embouchure du fleuve. Jacques Darras, pour le coup, nous apparaît debout dans sa grande nudité.

Le poème de Jacques Darras est immense et il n’est pas sans rappeler certaines œuvres, uniques elles aussi, qui ont poursuivi jusqu’à leur terme un même chemin. Un poème, au bord du monde et de la vie, à la fois multiple et un, particulier et universel. Dans ce livre d’entretiens, Jacques Darras poursuit son errance et l’aventure à partir des questions que lui pose un autre poète, Yvon Le Men, dont l’œuvre, à première vue, semble très éloignée des préoccupations (forme et fond réunis) qui sont celles de Darras. Le Men vient d’une autre famille d’écriture, plus tournée vers le fragment et l’économie de moyens. Mais c’est bien tout l’intérêt de ce livre, cette conversation (confrontation) à deux voix, l’une porteuse d’un plus vaste chant, l’autre comme venue du murmure… Ce livre ouvre toutes grandes les fenêtres du ciel. Il autorise notre cœur, nos yeux et nos mains à se rendre de l’endroit de la source jusqu’à l’embouchure du fleuve. Jacques Darras, pour le coup, nous apparaît debout dans sa grande nudité.