mardi 20 avril 2021
Mon compte
Vous n'êtes pas identifié
.
Paiement en ligne sécurisé par e-transaction du Crédit Agricole
Panier littéraire
Le panier est vide

À compter du 29 août 2018 les connexions sont cryptées pour la sécurité de vos paiements.

« Non-public » & Droits culturels (Collectif )

Collectif

« Non-public » & Droits culturels

Éléments pour une (re)lecture de la déclaration de Villeurbanne

EditeurLa passe du vent

CollectionHaute Mémoire

Date de parution12/2018

ISBN/code barre978-2-84562-329-3

Format (mm)140 × 205 mm

ReliureBroché

Nombre de pages204

Poids254 g

Prix 13,00 €
Feuilleter

Rédigée dans l’effervescence des « événements » qui secouaient alors le pays, la Déclaration de Villeurbanne , signée le 25 mai 1968 par une trentaine de « directeurs des théâtres populaires et des Maisons de la culture », constitue un jalon majeur dans l’histoire des politiques culturelles en France. Si les nombreux commentaires qu’a suscités ce texte en soulignent volontiers les ambiguïtés, ils ont aussi en commun de l’analyser surtout du point de vue de l’histoire du théâtre, de l’évolution de la politique culturelle, voire de la sociologie. La (re)lecture proposée dans le présent ouvrage entend placer la Déclaration dans une double perspective :
– celle de l’itinéraire intellectuel de son principal rédacteur, le philosophe Francis Jeanson, à partir des textes qu’il a consacrés à l’action culturelle, en 1968 comme lors des années postérieures ;
– celle d’autres Déclarations – émanant tant d’organismes internationaux (ONU, UNESCO…) que de la société civile (CNAJEP, GEREA, « Groupe de Fribourg »…) — qui font écho, d’une part aux droits de l’homme, d’autre part aux « fondamentaux » de l’éducation populaire — notamment la question de l’émancipation et de la responsabilité du citoyen. Autant de textes qui résonnent fortement avec le possible « changement de paradigme » qu’entraînerait le « respect des droits culturels » récemment inscrit dans la législation française et qui, stimulant la réflexion, peuvent introduire dans les débats en cours une distance féconde.
Ouvrage publié avec le concours du Comité d’histoire du ministère de la Culture.

Rédigée dans l’effervescence des « événements » qui secouaient alors le pays, la Déclaration de Villeurbanne , signée le 25 mai 1968 par une trentaine de « directeurs des théâtres populaires et des Maisons de la culture », constitue un jalon majeur dans l’histoire des politiques culturelles en France. Si les nombreux commentaires qu’a suscités ce texte en soulignent volontiers les ambiguïtés, ils ont aussi en commun de l’analyser surtout du point de vue de l’histoire du théâtre, de l’évolution de la politique culturelle, voire de la sociologie. La (re)lecture proposée dans le présent ouvrage entend placer la Déclaration dans une double perspective :
– celle de l’itinéraire intellectuel de son principal rédacteur, le philosophe Francis Jeanson, à partir des textes qu’il a consacrés à l’action culturelle, en 1968 comme lors des années postérieures ;
– celle d’autres Déclarations – émanant tant d’organismes internationaux (ONU, UNESCO…) que de la société civile (CNAJEP, GEREA, « Groupe de Fribourg »…) — qui font écho, d’une part aux droits de l’homme, d’autre part aux « fondamentaux » de l’éducation populaire — notamment la question de l’émancipation et de la responsabilité du citoyen. Autant de textes qui résonnent fortement avec le possible « changement de paradigme » qu’entraînerait le « respect des droits culturels » récemment inscrit dans la législation française et qui, stimulant la réflexion, peuvent introduire dans les débats en cours une distance féconde.
Ouvrage publié avec le concours du Comité d’histoire du ministère de la Culture.