samedi 04 décembre 2021
Mon compte
Vous n'êtes pas identifié
.
Paiement en ligne sécurisé par e-transaction du Crédit Agricole
Panier littéraire
Le panier est vide

À compter du 29 août 2018 les connexions sont cryptées pour la sécurité de vos paiements.

La Maison sans vitres (Sylvie Fabre G.)

Fabre G. Sylvie

La Maison sans vitres

EditeurLa passe du vent

CollectionHors collection

Date de parution02/2018

ISBN/code barre978-2-84562-289-0

Format (mm)140 × 205 mm

ReliureBroché

Nombre de pages292

Poids401 g

Prix 20,00 €
Feuilleter

Dans La Maison sans vitres, l’auteure Sylvie Fabre G. nous propose une manière d’autobiographie littéraire à travers les œuvres des peintres et des écrivains qui accompagnent sa vie et prolongent son geste artistique. Chroniques, articles, mises en perspective, cheminements communs, illustrations amies, tout ici fait figure de signe et de signe distinctif. La Maison sans vitres témoigne d’une aventure commune et peu commune à la fois. Écrire, peindre, éditer, lire, c’est être convié et convier au partage de la beauté qui est aussi bonté et vérité. C’est vivre, comme le rappelle Patrick Laupin, « de possibles retrouvailles ». « Si chacun porte un seul monde en soi, il peut l’enrichir avec le monde de l’autre et établir les passerelles. Mots, formes et couleurs tissés à l’intérieur de nous ont un langage qui oriente notre sensibilité, les sensations et le sens. Ils offrent un partage et la promesse d’un bonheur. »

Dans La Maison sans vitres, l’auteure Sylvie Fabre G. nous propose une manière d’autobiographie littéraire à travers les œuvres des peintres et des écrivains qui accompagnent sa vie et prolongent son geste artistique. Chroniques, articles, mises en perspective, cheminements communs, illustrations amies, tout ici fait figure de signe et de signe distinctif. La Maison sans vitres témoigne d’une aventure commune et peu commune à la fois. Écrire, peindre, éditer, lire, c’est être convié et convier au partage de la beauté qui est aussi bonté et vérité. C’est vivre, comme le rappelle Patrick Laupin, « de possibles retrouvailles ». « Si chacun porte un seul monde en soi, il peut l’enrichir avec le monde de l’autre et établir les passerelles. Mots, formes et couleurs tissés à l’intérieur de nous ont un langage qui oriente notre sensibilité, les sensations et le sens. Ils offrent un partage et la promesse d’un bonheur. »