mardi 07 décembre 2021
Mon compte
Vous n'êtes pas identifié
.
Paiement en ligne sécurisé par e-transaction du Crédit Agricole
Panier littéraire
Le panier est vide

À compter du 29 août 2018 les connexions sont cryptées pour la sécurité de vos paiements.

Du vent (Laurent Fourcaut)

Fourcaut Laurent

Du vent

Poème cinématrographique

EditeurLa passe du vent

CollectionNouvelle collection Poésie

Date de parution01/2017

ISBN/code barre978-2-84562-268-5

Format (mm)140 x 220

ReliureCahier thermo-collé

Nombre de pages122

Poids180 g

Prix 10,00 €
Feuilleter

Du vent de Laurent Fourcaut est un "poème cinématographique".
Un scénario de film, écrit en vers, en prise sur le monde actuel.
L’alexandrin, utilisé ici, agit comme un antidote à la société capitaliste et représente une alternative à laquelle les personnages de ce livre ne cessent de se référer pour mieux la construire : le face-à-face, et le corps à corps, avec le monde, le vrai monde.
Une poésie baroque, empreinte de fantaisie, de dérision et de grotesque, faite d’allusions et de clins d’œil à Rabelais, Racine, Hugo, Baudelaire, Apollinaire, Prévert…

Du vent de Laurent Fourcaut est un "poème cinématographique".
Un scénario de film, écrit en vers, en prise sur le monde actuel.
L’alexandrin, utilisé ici, agit comme un antidote à la société capitaliste et représente une alternative à laquelle les personnages de ce livre ne cessent de se référer pour mieux la construire : le face-à-face, et le corps à corps, avec le monde, le vrai monde.
Une poésie baroque, empreinte de fantaisie, de dérision et de grotesque, faite d’allusions et de clins d’œil à Rabelais, Racine, Hugo, Baudelaire, Apollinaire, Prévert…

Quatrième de couverture

Un homme, Basile, en Cotentin.
En vacances.
Il y fait l’épreuve de la fin d’un monde - fin du monde
Il n’y a pas d’histoire - le temps des histoires est révolu.
précisément parce qu’il n’y a plus rien à inventer, plus
d’avenir à écrire.
Juste une vie au jour le jour
les dialogues, sauf exceptions, sont en vers : en beaux 
alexandrins.

Il n’y a pas de fin, parce que c’est tricher avec le désir, 
qui est sans fin.