mardi 22 juin 2021
Mon compte
Vous n'êtes pas identifié
.
Paiement en ligne sécurisé par e-transaction du Crédit Agricole
Panier littéraire
Le panier est vide

À compter du 29 août 2018 les connexions sont cryptées pour la sécurité de vos paiements.

La beauté est incurable (Alain Fisette)

Fisette Alain

La beauté est incurable

EditeurLa passe du vent

CollectionNouvelle collection Poésie

Date de parution02/2012

ISBN/code barre978-2-84562-179-4

Format (mm)140 × 220 mm

ReliureBroché

Nombre de pages108

Poids174 g

Prix 10,00 €
Feuilleter

Avec La Beauté est incurable, Alain Fisette poursuit son aventure poétique et érotique hors des sentiers battus. Derrière les apparences, qui sont le plus souvent trompeuses, on se retrouve face à une écriture pleine de pudeur et de retenue. Certes, les mots sont crus et les images semblent coller à la réalité. Tout cela paraît être écrit dans un style chirurgical. Et tout cela reste, pourtant, de la pure provocation. Les images, sans fard, peuvent choquer. Les tableaux évoqués, les scènes proposées, tout cela nous est d’emblée jeté au visage. Mais ce livre en dit surtout tellement long sur les échanges et les rapports humains. On sent que derrière les mots de la page soufflent les vents de l’expérience humaine, interdite. La Beauté est incurable est un ouvrage achevé, avec un commencement et une fin. Un récit en vers, ou en fragments. Et cela, par endroits, nous rappelle des passages de l’œuvre d’un autre grand tourmenté aux interrogations profondes, existentielles : Richard Brautigan. Le livre d’Alain Fisette ne doit pas faire scandale. Il doit simplement nous atteindre.

Avec La Beauté est incurable, Alain Fisette poursuit son aventure poétique et érotique hors des sentiers battus. Derrière les apparences, qui sont le plus souvent trompeuses, on se retrouve face à une écriture pleine de pudeur et de retenue. Certes, les mots sont crus et les images semblent coller à la réalité. Tout cela paraît être écrit dans un style chirurgical. Et tout cela reste, pourtant, de la pure provocation. Les images, sans fard, peuvent choquer. Les tableaux évoqués, les scènes proposées, tout cela nous est d’emblée jeté au visage. Mais ce livre en dit surtout tellement long sur les échanges et les rapports humains. On sent que derrière les mots de la page soufflent les vents de l’expérience humaine, interdite. La Beauté est incurable est un ouvrage achevé, avec un commencement et une fin. Un récit en vers, ou en fragments. Et cela, par endroits, nous rappelle des passages de l’œuvre d’un autre grand tourmenté aux interrogations profondes, existentielles : Richard Brautigan. Le livre d’Alain Fisette ne doit pas faire scandale. Il doit simplement nous atteindre.