mardi 07 décembre 2021
Mon compte
Vous n'êtes pas identifié
.
Paiement en ligne sécurisé par e-transaction du Crédit Agricole
Panier littéraire
Le panier est vide

À compter du 29 août 2018 les connexions sont cryptées pour la sécurité de vos paiements.

Ligne de partage des eaux (Fabienne Swiatly)

Swiatly Fabienne

Ligne de partage des eaux

EditeurLa passe du vent

CollectionNouvelle collection Poésie

Date de parution05/2011

ISBN/code barre978-2-84562-168-8

Format (mm)140 × 220 mm

ReliureBroché

Nombre de pages54

Poids92 g

Prix 10,00 €
Feuilleter

Fabienne Swiatly nous offre, depuis plusieurs années, des livres où se mêlent fragments, poétiques parfois, et proses plus développées, quête de soi ou recherche plus formelle. Cette œuvre, qui se prolonge ouvrage après ouvrage, est difficilement classable. Elle est écrite à la faveur d’une langue toujours riche de sens, une langue cependant le plus souvent sobre, n’usant que de très peu de moyens. Cette œuvre, clairsemée, reste pourtant des plus cohérentes — malgré les plus trompeuses apparences. Elle demeure, par son souci de clarté, accessible au plus grand nombre. Dans son livre, Ligne de partage des eaux, Fabienne Swiatly nous fait entendre la petite voix des disparus de naissance, ceux qui, au fond, même s’ils n’existent pas vraiment, sont pourtant bien réels. Et leur cri est, lui aussi, présent à nos yeux et à nos oreilles. C’est un long cri de désespoir, presque muet, devant nos portes closes. Cet ouvrage a la particularité d’être une suite de courts textes traitant d’un seul sujet, grave et répandu. De plusieurs « rendez-vous » pour une seule réponse et une seule vérité.

Fabienne Swiatly nous offre, depuis plusieurs années, des livres où se mêlent fragments, poétiques parfois, et proses plus développées, quête de soi ou recherche plus formelle. Cette œuvre, qui se prolonge ouvrage après ouvrage, est difficilement classable. Elle est écrite à la faveur d’une langue toujours riche de sens, une langue cependant le plus souvent sobre, n’usant que de très peu de moyens. Cette œuvre, clairsemée, reste pourtant des plus cohérentes — malgré les plus trompeuses apparences. Elle demeure, par son souci de clarté, accessible au plus grand nombre. Dans son livre, Ligne de partage des eaux, Fabienne Swiatly nous fait entendre la petite voix des disparus de naissance, ceux qui, au fond, même s’ils n’existent pas vraiment, sont pourtant bien réels. Et leur cri est, lui aussi, présent à nos yeux et à nos oreilles. C’est un long cri de désespoir, presque muet, devant nos portes closes. Cet ouvrage a la particularité d’être une suite de courts textes traitant d’un seul sujet, grave et répandu. De plusieurs « rendez-vous » pour une seule réponse et une seule vérité.