mardi 28 septembre 2021
Mon compte
Vous n'êtes pas identifié
.
Paiement en ligne sécurisé par e-transaction du Crédit Agricole
Panier littéraire
Le panier est vide

À compter du 29 août 2018 les connexions sont cryptées pour la sécurité de vos paiements.

Du passé, comment faison-nous table mise ? (Philippe Dujardin)

Dujardin Philippe

Du passé, comment faison-nous table mise ?

EditeurLa passe du vent

CollectionPépites

Date de parution09/2017

ISBN/code barre978-2-84562-308-8

Format (mm)125 × 210 mm

ReliureBroché

Nombre de pages52

Poids69 g

Prix 6,00 €
Feuilleter

Parution à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine. À l’invitation du ministère de la Culture, les Journées européennes du patrimoine 2016 ont eu pour thème « Patrimoine et citoyenneté ». L’occasion pour le politologue Philippe Dujardin, invité à donner une conférence sur ce thème à Chambéry — au Musée des Charmettes, là même où vécut l’auteur du Contrat social, Jean-Jacques Rousseau —, de mener une réflexion sur le processus patrimonial à l’œuvre dans la société contemporaine. De quel rapport au temps relevons-nous ? Au moment où s’observe, dans l’espace européen, un double phénomène de décléricalisation et de déconfessionnalisation, quelles relations le processus patrimonial entretient-il avec le sacré ? Et, puisqu’il est question de patrimoine, donc d’un héritage à transmettre, qui transmet ? Que transmet-on ? Comment transmet-on ? C’est à ces questions que le texte ici reproduit apporte des éléments de réponse, servi par une argumentation rigoureuse qui — de la science politique à l’histoire et à l’anthropologie — mobilise plusieurs sciences humaines. Il offre ainsi une analyse stimulante pour mieux appréhender cet intérêt pour le patrimoine, dont témoigne, en particulier, l’écho considérable — et chaque année renouvelé — des Journées qui, dans toute l’Europe, lui sont consacrées. Texte précédé de Sur le symptôme patrimonial de Claude Mollard et suivi de Les Journées européennes du patrimoine et le « symptôme patrimonial » de Michel Kneubühler.

Parution à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine. À l’invitation du ministère de la Culture, les Journées européennes du patrimoine 2016 ont eu pour thème « Patrimoine et citoyenneté ». L’occasion pour le politologue Philippe Dujardin, invité à donner une conférence sur ce thème à Chambéry — au Musée des Charmettes, là même où vécut l’auteur du Contrat social, Jean-Jacques Rousseau —, de mener une réflexion sur le processus patrimonial à l’œuvre dans la société contemporaine. De quel rapport au temps relevons-nous ? Au moment où s’observe, dans l’espace européen, un double phénomène de décléricalisation et de déconfessionnalisation, quelles relations le processus patrimonial entretient-il avec le sacré ? Et, puisqu’il est question de patrimoine, donc d’un héritage à transmettre, qui transmet ? Que transmet-on ? Comment transmet-on ? C’est à ces questions que le texte ici reproduit apporte des éléments de réponse, servi par une argumentation rigoureuse qui — de la science politique à l’histoire et à l’anthropologie — mobilise plusieurs sciences humaines. Il offre ainsi une analyse stimulante pour mieux appréhender cet intérêt pour le patrimoine, dont témoigne, en particulier, l’écho considérable — et chaque année renouvelé — des Journées qui, dans toute l’Europe, lui sont consacrées. Texte précédé de Sur le symptôme patrimonial de Claude Mollard et suivi de Les Journées européennes du patrimoine et le « symptôme patrimonial » de Michel Kneubühler.