mardi 28 septembre 2021
Mon compte
Vous n'êtes pas identifié
.
Paiement en ligne sécurisé par e-transaction du Crédit Agricole
Panier littéraire
Le panier est vide

À compter du 29 août 2018 les connexions sont cryptées pour la sécurité de vos paiements.

La mesure des larmes (Colombe Boncenne)

Colombe Boncenne

La mesure des larmes

EditeurLa passe du vent

CollectionPépites

Date de parution11/2020

ISBN/code barre978-2-84562-368-2

Format (mm)125 x 210

Reliure0,5

Nombre de pages64

Poids89 g

Prix 10,00 €
Feuilleter

Le texte de La mesure des larmesest le résultat de la troisième résidence d’écrivain « Déplacement » de la maison forte Hautetour à Saint-Gervais. Colombe Boncenne y a séjourné trois fois, en février, juin et juillet.

Quatrième de couverture :

 

Béatrix Filia est artiste. À la mort de sa mère, elle se rend à la montagne sans autre but que celui d’être seule, marcher et « déposer quelque chose » — son chagrin, peut-être.

Au cours d’une randonnée, une légende locale lui est racontée. Elle devient pour Beatrix une énigme à résoudre, un guide sur le territoire de son deuil, une inspiration.   

 

« Elle quitte l’appartement tôt le matin, emporte le petit sac à dos de randonnée dans lequel elle a glissé un thermos de thé, quelques fruits secs, un bout de pain, une clémentine, le couteau pliant, un paquet de mouchoirs, son carnet, un crayon à mine. Les raquettes et les bâtons sont fixés au sac. Les premiers jours, elle choisit des sentiers forestiers. Lors de pauses régulières, elle note la liste des mots qui la traversent — nœuds, résine, stries —, trace quelques croquis. Parfois, elle touche un tronc, suit les sillons de l’écorce, essaye d’en mémoriser les lignes au creux de la paume et les reproduire au crayon quelques pas plus loin. Ou alors, après avoir caressé l’écorce lisse et brillante d’un bouleau, elle en photographie le blanc argenté de très près, en prélève délicatement un lambeau, le cale entre deux pages du carnet. Elle ne se donne pas de dessein précis, elle recueille, en s’attachant aux détails aussi bien qu’aux ensembles — incrustation d’épines tombées à terre, mouvement des troncs courbés par le vent ».