samedi 04 décembre 2021
Mon compte
Vous n'êtes pas identifié
.
Paiement en ligne sécurisé par e-transaction du Crédit Agricole
Panier littéraire
Le panier est vide

À compter du 29 août 2018 les connexions sont cryptées pour la sécurité de vos paiements.

Que vaut la vie d’un homme ? (Chantal Portillo)

Portillo Chantal

Que vaut la vie d’un homme ?

EditeurLa passe du vent

CollectionRécits

Date de parution02/2014

ISBN/code barre978-2-84562-248-7

Format (mm)140 × 205 mm

ReliureBroché

Nombre de pages130

Poids225 g

Prix 13,00 €
Feuilleter

Un livre pour ne pas oublier Ibni Oumar Mahamat Saleh, mathématicien, homme de paix et de dialogue. Porte-parole de l’opposition démocratique au Tchad, il a été enlevé le 3 février 2008, dans sa maison à N’Djamena, par les forces nationales tchadiennes, sous les yeux de sa femme et de son plus jeune fils. Enchaîné et torturé, son corps n’a toujours pas été retrouvé à ce jour. « Que vaut la vie d’un homme, au Tchad ou ailleurs ? » se questionne Chantal Portillo. À travers ce récit personnel, transparaît une réflexion éminemment politique et un portrait vibrant du Tchad. Valère Staraselski évoque, dans sa préface, « un long chant se hissant à la hauteur de ce qu’a été la vie de cet homme. Un chant insinuant, entêtant, coulant comme de l’eau claire, limpide, touchant à la fois au coeur et à l’âme ». Le chant, donc, de Chantal Portillo pour Ibni, mais aussi pour sa famille, ses proches, la communauté des mathématiciens, si importante pour lui, et pour que cesse, enfin, toute injustice.

Un livre pour ne pas oublier Ibni Oumar Mahamat Saleh, mathématicien, homme de paix et de dialogue. Porte-parole de l’opposition démocratique au Tchad, il a été enlevé le 3 février 2008, dans sa maison à N’Djamena, par les forces nationales tchadiennes, sous les yeux de sa femme et de son plus jeune fils. Enchaîné et torturé, son corps n’a toujours pas été retrouvé à ce jour. « Que vaut la vie d’un homme, au Tchad ou ailleurs ? » se questionne Chantal Portillo. À travers ce récit personnel, transparaît une réflexion éminemment politique et un portrait vibrant du Tchad. Valère Staraselski évoque, dans sa préface, « un long chant se hissant à la hauteur de ce qu’a été la vie de cet homme. Un chant insinuant, entêtant, coulant comme de l’eau claire, limpide, touchant à la fois au coeur et à l’âme ». Le chant, donc, de Chantal Portillo pour Ibni, mais aussi pour sa famille, ses proches, la communauté des mathématiciens, si importante pour lui, et pour que cesse, enfin, toute injustice.