vendredi 24 mai 2019
Mon compte
Vous n'êtes pas identifié
.
Paiement en ligne sécurisé par e-transaction du Crédit Agricole
Panier littéraire
Le panier est vide

À compter du 29 août 2018 les connexions sont cryptées pour la sécurité de vos paiements.

Marie-Christine Gordien l'inattendue

MonaK et Julien Gué

blog Tahiti, ses îles et autres bouts du monde, 16 octobre 2012

Marie-Christine Gordien l'inattendue

L’écriture, une transhumance (extraits)

L’écriture est affaire de vie, de présent. Jetée sur le papier, elle s’étiole, se défroque, revêt d’autres lecteurs. Et Marie-Christine Gordien de crayonner les volumes, d’entretenir le dialogue avec les mots des autres. De dire, de décoller du papier :

«Les mots d’irrémédiables radios
M’usent le diable que j’ai au corps
Au juste, à fleur de peau»
(In Pollens p.51, son dernier né.)

En croquer…

Se faire publier, c’était comme signer un arrêt. Elle n’y avait jamais songé. Elle passe de la première moisson -Chayotte-,au printemps de la fécondation :Pollens. De la table rase aux recommencements.
L’écriture, comme une source d’eau, en paysages changeants d’aquarelle.
Toute en énergie, en doutes, en questionnements, elle se laisse guider par l’instant. Convaincue par sa maison d’édition , elle se découvre une place : celle de la fracture.

En peut-être…

Rien n’est plus éloigné d’un écrivain que son semblable : dans la manière de pressentir et de goûter la mise en œuvre de ce qu’il va mener ou qui le mène. Et Marie-Christine n’a pas l’appétit de l’ambition.
Au cœur de la création, une personnalité. Et pour elle, tout est vibration, échos, devenir.
Alors, en demains et en peut-être ?

Le texte complet et la vidéo publiés par MonaK et Julien Gué, sur le blog Tahiti, ses îles et autres bouts du monde