mercredi 20 mars 2019
Mon compte
Vous n'êtes pas identifié
.
Paiement en ligne sécurisé par e-transaction du Crédit Agricole
Panier littéraire
Le panier est vide

À compter du 29 août 2018 les connexions sont cryptées pour la sécurité de vos paiements.

Une expérience radicale de la parole

P.G.

Article de Presse (extrait) sur Jour d'Octobre

« Jour d’octobre », selon le goût du poète : « J’aime passionnément cet état désolé d’avant l’hiver, ce soleil froid d’avant novembre… »

Mais ce n’est pas du romantisme : il s’agit plutôt d’une expérience radicale de la parole. On dirait que l’auteur a traversé une enfance mutique, dans un pays noir, un pays de souffrance et de peine (« Jamais tu ne sauras pourquoi je suis resté si seul, dans la lumière froide et la seule brûlure d’entendre… »). Ainsi, sans doute, est née la vocation d’écrire en sachant que « aucun mot n’est juste » que « rien ne se ressemble, rien ne se rassemble ».

Patrick Laupin vit donc l’aventure fondamentale de la poésie : comment se séparer d’une parole qui ne veut pas se dire ? Comment la retrouver en-deça : lorsqu’elle n’était ni morte ni meurtrière ? Comment accepter que le silence – dans sa violence extrême - ait été aussi le cœur de cette parole, sa propre violence ? En d’autres termes : comment – dans toute naissance - séparer la violence de vie de la violence de mort ? C’est là en effet tout le travail du poète. Un travail que Patrick Laupin conduit, depuis des années, avec une rigueur exceptionnelle.